Quelle est la probabilité de surprendre une infidélité ?

Quelle est la probabilité de surprendre une infidélité ? Une étude examine l’effet de contagion sociale

Par Marie Savinaud , le 11 avril 2023 , mis à jour le 6 juillet 2023 - 6 minutes de lecture

S'il est une chose qui hante de nombreuses personnes et les empêche de dormir, c'est bien la possibilité que leur partenaire les trompe. Sans parler des problèmes d'amour-propre ou d'insécurité individuelle, de nombreuses personnes ayant subi une infidélité donneraient sans doute n'importe quoi pour savoir à l'avance ce qui se passait, pour s'épargner déceptions et souffrances. Mais est-ce possible ?

Il faudrait parler de l'effet de contagion ou de la contagion sociale. Comme le rapporte Psychology Today, défini comme « un comportement, des émotions ou des conditions qui se propagent spontanément à travers un groupe ou un réseau« , l'effet de contagion a été démontré dans un large éventail de phénomènes tels que l'obésité, les habitudes de sommeil, le tabagisme, l'abus d'alcool, la consommation de marijuana, la solitude, le bonheur, la dépression et la coopération, pour n'en citer que quelques-uns.

La contagion sociale se manifeste principalement de deux manières : ce que nous ressentons (contagion émotionnelle) et ce que nous faisons (contagion comportementale).

La contagion sociale se manifeste principalement de deux manières : ce que nous ressentons (contagion émotionnelle) et ce que nous faisons (contagion comportementale). La recherche a démontré la propension des gens à la contagion émotionnelle. Il est peu probable que vous soyez heureux dans une pièce remplie de personnes tristes. La contagion comportementale, en particulier, implique la propagation d'un comportement au sein d'un groupe. Le terme est apparemment apparu au milieu des années 1890 pour expliquer le comportement des foules, en référence à notre tendance à copier ou à imiter le comportement des autres. Du rire hystérique contagieux à la fuite en cas de danger, en passant par le fait d'applaudir ou de se lever après une ovation, de nombreux comportements sont sous l'influence de la contagion.

Peut-elle affecter nos relations intimes et nos comportements sociaux ? La recherche s'est penchée sur la question. Il a été démontré que la contagion jouait un rôle dans la promiscuité des adolescents. Le divorce est également contagieux. Certains ont affirmé que l'augmentation récente des cas de dysphorie de genre était le résultat de la contagion. Et, comme c'est le cas ici, un article récent de la chercheuse israélienne Gurit Birnbaum a cherché à examiner les processus de contagion sociale entourant l'infidélité. L'équipe de Birnbaum a mené trois études distinctes pour déterminer si « l'exposition en ligne aux normes de l'adultère affecterait les perceptions de la relation actuelle et les expressions de désir pour d'autres partenaires ». Dans toutes les études, « les participants en couple ont été exposés au comportement infidèle d'autres personnes et ont ensuite pensé à des étrangers séduisants. Leurs perceptions et leurs réactions relationnelles au cours de ces expériences ont été enregistrées ».

Les participants en couple ont été exposés au comportement infidèle d'autres personnes et ont ensuite pensé à des étrangers séduisants. Leurs perceptions et leurs réactions relationnelles au cours de ces expériences ont été enregistrées.

Les résultats de la première étude ne confirment toutefois pas l'hypothèse de la contagion, car « la manipulation de la prévalence de l'infidélité n'a pas affecté de manière significative le désir sexuel des participants pour leur partenaire actuel et leur partenaire alternatif, du moins tel qu'il se manifeste dans leurs fantasmes ». En revanche, la seconde étude soutient l'hypothèse selon laquelle l'exposition aux normes de l'adultère (plutôt que l'exposition générale à la tricherie dans un domaine non sexuel) augmente la probabilité que les gens considèrent d'autres personnes séduisantes comme des partenaires potentiels ».

La troisième étude visait à déterminer si l'exposition aux normes de l'adultère augmentait non seulement le désir d'infidélité, mais aussi les efforts déployés pour satisfaire ce désir. Sur la base des résultats précédents, les auteurs ont prédit que l'exposition aux normes de l'adultère augmenterait les expressions de désir pour d'autres partenaires, ce qui, à son tour, serait associé à des efforts plus importants pour interagir avec eux à l'avenir. Dans l'étude, 140 participants ont d'abord été exposés à des normes d'adultère ou de tricherie dans le milieu universitaire.

Ils ont ensuite été interrogés, par le biais d'une plateforme en ligne, par un intervieweur séduisant du sexe opposé. À la fin de l'entretien, les participants ont été « invités à laisser un dernier message aux enquêteurs ». Ces messages ont ensuite été codés afin de déterminer s'ils contenaient des efforts pour solliciter des interactions futures. Les participants ont également évalué la désirabilité sexuelle de l'intervieweur, ainsi que leur propre engagement envers leur partenaire actuel. Les résultats sont mitigés. « Les résultats ont montré que, par rapport à l'exposition aux normes de tricherie académique, l'exposition aux normes d'adultère diminuait l'engagement envers le partenaire actuel, mais n'affectait pas de manière significative l'expression du désir pour d'autres partenaires.

Ces résultats suggèrent que l'exposition aux normes d'adultère diminue la prise de conscience des priorités à long terme du maintien de la relation.

La conclusion ? Les chercheurs interprètent leurs résultats globaux comme montrant que « après avoir été exposés au comportement infidèle d'autres personnes, les participants étaient moins susceptibles de dévaloriser l'attrait d'autres partenaires et de s'engager dans leur relation ». Ces résultats suggèrent que l'exposition aux normes de l'adultère diminue la conscience des priorités à long terme de l'entretien de la relation, diminuant la résistance à la tentation d'alternatives attrayantes ».

Le de Birnbaum doit être interprété avec prudence. D'une part, les résultats sont plutôt mitigés en ce qui concerne le pouvoir de contagion dans ce contexte. Quoi qu'il en soit, les résultats globaux s'alignent sur les diverses publications qui suggèrent fortement qu'en raison de notre tendance à la contagion sociale, le contrôle de notre comportement se situe en grande partie en dehors de nous.

Il semble inévitable de supposer que, dans un mauvais groupe, la plupart des gens, même les bons, finiront par mal se comporter.

Une implication importante de cette compréhension émergente est qu'il est naïf, voire dangereux, de s'attendre à ce que les gens restent sur la voie de la bonté émotionnelle et comportementale uniquement en raison de leur volonté individuelle, de leurs engagements et de leurs valeurs. En effet, pour les êtres humains, la survie et le développement individuels dépendent entièrement du soutien du groupe. Nos pulsions les plus profondes nous poussent donc à aller dans le sens du groupe. Il semble inévitable de supposer que, dans un mauvais groupe, la plupart des gens, même les bons, finiront par mal se comporter.

3.6/5 - (11 votes)

Marie Savinaud

Je suis Marie, auteure chez 180back.com. Passionnée de mode, particulièrement de montres et de sneakers, j'aime partager mes trouvailles et points de vue sur les dernières tendances et innovations dans ces domaines.

Voir les publications de l'auteur

A lire aussi ...